La Maison Familiale Rurale de Bonne

20151112_120941

Le Case study

L’émergence des entreprises libérées est une réponse à une situation économique et sociétale qui connaît de nombreuses ruptures, comme le souligne Marc Halévy :

  • Rupture écologique : passer du gaspillage à la frugalité
  • Rupture technologique : passage des technologies mécaniques aux technologies numérique,
  • Rupture organique : passage des modèles hiérarchiques autoritaires aux modèles complexes agiles/flexibles en réseau/eco-système,
  • Rupture économique : passage d’une économie de masse et de prix à une économie d’intelligence (savoir) et de valeur
  • Rupture philosophique : passage au modèle de Bonheur et du Plaisir (Bien vivre, spiritualité contre la barbarie) !

Ces ruptures sont nées des changements profonds que connaît notre société occidentale à tous les échelons de la vie économique et sociale.

Au-delà des réflexions menées par les plus grands spécialistes, de nombreuses entreprises s’interrogent aujourd’hui sur ce phénomène dans une volonté de changement et surtout de positionnement fort face à une concurrence de plus en plus intense.

20160104_111004

C’est pourquoi certaines entreprises souhaitent étudier leur positionnement en tant qu’entreprise libérée, comme la Maison Familiale Rurale (MFR) de Bonne en Haute-Savoie qui a fait appel aux Solutionneurs® fin 2016 pour une intervention d’une journée.

Maison Familiale Rurale (MFR) de Bonne est un centre de formation qui dispense plusieurs enseignements dans les domaines du paysage et des services à la personne. Structure dynamique, depuis plusieurs années elle fonctionne en intégrant l’ensemble des salariés aux décisions.

L’intervention Solutionneurs® a permis d’échanger sur ce qu’est une entreprise libérée et/ou collaborative et en quoi ce dispositif fait du centre de formation un acteur incontournable de la formation malgré la concurrence de plus en plus forte.

Ici, il est bon de rappeler que :

  • L’Entreprise libérée est l’entreprise qui a libéré les productifs de l’emprise des contrôleurs c’est-à-dire qui a libéré le pouvoir de de communication, de décision et d’action.
  • C’est l’entreprise qui cherche à faire le bonheur de ses parties prenantes (salariés, actionnaires, clients, fournisseurs et de ses clients) et à les faire collaborer ensemble dans un esprit gagnant/gagnant afin de créer de la valeur ajoutée/performance partagée !
  • L’entreprise libérée s’appuie sur des valeurs fortes qui sont :
  • La Performance vient des collaborateurs,
  • Il n’y a pas de performance sans bonheur,
  • Pour être heureux, il faut être responsable.

Ainsi une entreprise libérée ne peut fonctionner qu’avec des collaborateurs RESPONSABLES et HEUREUX.

20160104_120938

Avec ce postulat de base  La Maison Familiale Rurale (MFR) de Bonne a pu valider son propre processus d’entreprise collaborative qui suit 3 étapes :

  1. Co-construction de  la vision et la mission de l’entreprise,
  2. Le lâcher prise du patron au niveau personnel et au niveau des mécanismes de pouvoir,
  3. L’acceptation que les changements prennent du temps.

Pour cela il est nécessaire de repositionner chaque collaborateur, et ce quelque soit le niveau hierarchique. Dans les faits ceci est plus facile à dire qu’à faire et pourtant, à l’exemple de la MFR de Bonne, toute entreprise libérée s’appuie sur ce  fonctionnement basé sur  7 principes essentiels :

  1. L’information n’est pas un enjeu de pouvoir,
  2. Libérer la parole et l’équité,
  3. Passer du contrôle à l’auto-contrôle,
  4. Passer à une organisation en cercles/groupes/mini-usines,
  5. Autonomie au travail,
  6. La confiance (L’Homme au travail est ainsi considéré comme profondément bon),
  7. Toutes les ressources humaines sont importantes et susceptibles de participer à la création de richesses, et en particulier celles à un niveau directement opérationnel.

Afin de se positionner face au phénomène d’entreprise libérée, la direction de la Maison Familiale Rurale (MFR) de Bonne a ainsi permis d’échanger sur ce fonctionnement avec l’ensemble des salariés pour analyser leur pratique et valider la pérennisation de leur fonctionnement collaboratif.

Cette intervention a fait naître des échanges riches en exemples du quotidien, même si chacun est conscient qu’il n’est pas évident de se débarrasser de pratiques managériales à l’ancienne.

En impliquant l’ensemble des collaborateurs sur cette analyse et sur leur propre  vision de l’entreprise libérée, la direction a valorisé la responsabilisation de ses collaborateurs, une valeur forte qui est au quotidien transmise aux jeunes en formation.

Fort de ce 1er travail, la MFR de Bonne souhaite aujourd’hui poursuivre sa démarche de libération, en l’adaptant à son environnement institutionnel.